Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/HISTOIRE DE SAINTE-FOY-LA-GRANDE/L'essor de la Bastide (XIIIe-XVIe)

L'essor de la Bastide (XIIIe-XVIe)

24/04/2010 - Lu 2472 fois
Article de Danièle Provain

 

3-L’essor de la bastide (du XIIIe au XVIe siècle)


 

Monsieur LOIRETTE, Archiviste du département de la Gironde, dans une conférence donnée le 27 avril 1952 au "Cercle des Amis de Sainte-Foy " faisait remarquer que les terres de Raimon VII, dernier comte de Toulouse, avait été attribuées à sa fille Jeanne mariée en 1237 à Alphonse de Poitiers : l'AGENAIS, ancienne possession anglaise devenait alors pays frontière entre la GUYENNE anglaise et les domaines d'Alphonse. Ce dernier, habile administrateur, donna des garanties aux barons à propos de la création de bastides. En effet, ces seigneurs craignaient que leurs terres se dépeuplent. Il fut décidé que les créations n'auraient lieu que sur le territoire du Comte et les habitants ne pourraient résider librement dans la bastide que s'ils étaient admis bourgeois dans la ville après prestation de serment. Si les bastides répondaient à des buts militaires et politiques, le but économique primait. Il s'agissait de fixer dans des territoires parfois incultes de nouvelles populations pour mettre en valeur des terres, source de richesses. Les possesseurs des grands domaines, qu'ils soient seigneurs ou ecclésiastiques, comprirent l'intérêt de ces créations.

La charte des coutumes de Sainte-Foy, édifiée en 1256, fixait les conditions de la vie politique et sociale des habitants. La charte de Sainte-Foy, la première en date, servit de référence à l'établissement des chartes postérieures. La bastide connut un essor rapide en raison de sa position géographique et de sa voie d'eau, la Dordogne, axe de liaison qui débouchait sur les ports de Libourne et Bordeaux. Le commerce des vins, développé depuis le Moyen Age, représentait un atout majeur que les Anglais avaient encouragé au cours de leur occupation de l'Aquitaine.

Durant deux siècles Sainte-Foy-la-Grande fut alternativement sous administration anglaise ou française ce qui lui permit de conserver ses privilèges. C'est dans un acte de trêve du 19 mai 1383 que Sainte-Foy est désignée sous le nom de SAINTE-FOY-LA-GRANDE. Après la bataille de Castillon, le 14 juillet 1453, qui met fin aux guerres franco-anglaises de Cent Ans, la paix revenue, le pays est ruiné. Claudine CORDIER dans sa thèse sur les Guerres de Religion en pays foyen signale que la Juridiction était dans un état désastreux, le pays dépeuplé. Des"gavaches" venus de Charente sont attestés dans la toponymie. De même des familles vinrent du Quercy comme Antoine LAJONIE dit Figeac.

A la fin du XVème, les seigneurs comme Jean de PELLEGRUE, seigneur du BARAIL, François de la BARDE, seigneur de PICON afferment leurs domaines et une ère de prospérité s'installe. Des maisons à colombages au XV et XVIème s'élèvent. Soulignons celle du 98 rue de la République assurément la plus aboutie.

 Maison à pan de bois. Photo  Georges Provain

Les Commentaires

Aucun commentaire
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | addicious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |